MALADIES IMMUNOLOGIQUES CHRONIQUES ET ÉCHEC THÉRAPEUTIQUE

Les maladies immunologiques chroniques doivent être traitées pendant une longue période. Au bout d’un certain temps, le médicament biologique de marque ou le médicament biosimilaire peut cesser d’agir chez un patient donné; c’est ce qu’on appelle un « échec thérapeutique »1.

Des essais cliniques ont révélé qu’une proportion importante de patients connaissent
un échec thérapeutique
. Un échec est observé chez les patients qui présentent2 :

  • img16

    Une absence de réponse au traitement ou une réponse inadéquate
    (ce qu’on appelle un « échec primaire »)

  • img17

    Une perte de réponse au traitement au fil du temps
    (ce qu’on appelle un « échec secondaire »)

  • img18

    La survenue d’un effet indésirable

L’échec thérapeutique entraîne souvent le passage des patients à un autre traitement biologique3.

Par exemple, dans les lignes directrices internationales sur le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, après un échec thérapeutique, on recommande d’envisager l’administration d’un nouveau traitement biologique choisi soit dans la même classe de médicaments biologiques (c’est-à-dire visant la même cible) soit dans une autre classe (c’est-à-dire visant une cible différente)3.

img19

Après un échec thérapeutique, les patients peuvent
passer à un traitement biologique
qui vise une cible différente3.

img20

Les patients peuvent avoir besoin de plusieurs médicaments biologiques de marque et médicaments biosimilaires au cours de la maladie.